Avant-Quart édition © Mentions légales 2016
avant-quart
Éditions
ISBN : 979-10-96170-00-5
En couverture : dessin de J.P. Cathala d'après une photo de Simon Brest de 1968
Les yeux mangés (Subervie, 1960) À l’encre (La fenêtre ardente, 1966) L’autre désert (Subervie, 1968)  Prix  Ilarie Voronca Je, dément (Oswald, 1971) La ville engloutie (Le Cratère, 1974) Prix Antonin Artaud Thermidor (Avant-quart, 1976) Dictées de la nuit (Multiples, 1977) Les Iliens (Verticales, 1978) L’Objet des ombres (Sud, 1983) Des Etésiens (Encres vives, 1985) Le Pain des Livres (Sud, 1987) Les Onze mémoires (Amiot-Lenganey, 1992)
Voici ce qu’André Malraux écrivait à Simon Brest «   Votre   œuvre   est   belle.   Mélange   attirant   de   clarté   et   de   mystère,   comme   un   vent   sur   un   brasier,   tantôt   calme   et tantôt dévorant, dispersant étincelles et cendres, en ordre imprévisible… Véhémences   de   protestation   ;   séquences   de   passion   exigeante   où   la   soumission   même   est   ardente   et   le   fatalisme révolté… Et   la   nature   partout,   vivante,   nombreuse,   amplifiée,   familière,   chaque   herbe   avec   son   essence   et   son   humeur, chaque être avec son caractère, son symbole, son prénom… Pas un mot à limer. Chaque poème m’appelle à le relire. J’obéirai ».
Et   en   effet   ce   sont   des   œuvres   à   lire   et   surtout   à   relire.   Et   si   possible   à   haute   voix,   en   forêt,   par   exemple,   car   on   y   revient   comme   attiré   par des   sens   plus   secrets,   des   émotions   plus   clandestines   qui   nous   auraient   échappés   en   première   lecture   car   violemment   soudés   à   la   vie,   à l’exaltation d’être au monde, à la nature. Ces   poèmes   sont   aussi   des   lieux   d’expérience   :   Simon   Brest   aime   les   mots   ;   parfois   oubliés,   agonisant   dans   des   dictionnaires   ;   ou   des   mots qu’il   invente,   lui.   Il   aime   les   images   imprévisibles,   les   idées-flèches   qui   percent   et   délivrent.   S’il   fallait   le   rapprocher   de   quelqu’autre   (ce qui   est   inélégant   mais   tant   pis),   ce   serait   de   René   Char,   car   comme   Char,   Simon   Brest   est   habité   par   les   chants   cruels   ou   exaltants   de l’Histoire et toujours intimement liés à sa propre histoire. Tout   dans   cette   œuvre   tend   à   l’universel.   Tout   nous   ramène   à   l’intime.   Un   intime   que   nous   pouvons   faire   nôtre   comme   un   don   généreux et   désintéressé   du   poète,   une   Histoire   barbare   sans   doute,   mais,   on   le   pressent,   il   suffirait   de   si   peu   pour   la   tenir   en   laisse.   Le   poète   nous le fait comprendre avec force.
Voir la lettre d’André Malraux
Accueil, Catalogue, “Poésies Complètes Tome 1” Simon Brest
2016 - 306 pages - 15 x 21 cm - 18,00 €
Les poèmes de Simon Brest sont devenus introuvables. Il était urgent de rééditer l’ensemble de cette œuvre essentielle et profonde. Voici chose faite, avec le consentement enthousiaste du poète et une importante préface de Hughes Labrusse. (Ensemble et avec quelques autres, Brest et Labrusse ont longtemps animé la maison d’édition SUD dont l’importance dans le domaine poétique fut considérable.) Ce livre de 324 pages regroupe des textes qui vont de 1960 à 1992. Soit 12 recueils :
Les poèmes de Simon Brest sont devenus introuvables. Il était urgent de rééditer l’ensemble de cette œuvre essentielle et profonde. Voici chose faite, avec le consentement enthousiaste du poète et une importante préface de Hughes Labrusse. (Ensemble et avec quelques autres, Brest et Labrusse ont longtemps animé la maison d’édition SUD dont l’importance dans le domaine poétique fut considérable.) Ce livre de 324 pages regroupe des textes qui vont de 1960 à 1992. Soit 12 recueils :
ISBN : 979-10-96170-00-5
En couverture : dessin de J.P. Cathala d'après une photo de Simon Brest de 1968
Les yeux mangés (Subervie, 1960) À l’encre (La fenêtre ardente, 1966) L’autre désert (Subervie, 1968)  Prix  Ilarie Voronca Je, dément (Oswald, 1971) La ville engloutie (Le Cratère, 1974) Prix Antonin Artaud Thermidor (Avant-quart, 1976) Dictées de la nuit (Multiples, 1977) Les Iliens (Verticales, 1978) L’Objet des ombres (Sud, 1983) Des Etésiens (Encres vives, 1985) Le Pain des Livres (Sud, 1987) Les Onze mémoires (Amiot-Lenganey, 1992)
Voici ce qu’André Malraux écrivait à Simon Brest «   Votre   œuvre   est   belle.   Mélange   attirant   de   clarté   et   de mystère,    comme    un    vent    sur    un    brasier,    tantôt    calme    et tantôt   dévorant,   dispersant   étincelles   et   cendres,   en   ordre imprévisible… Véhémences    de    protestation    ;    séquences    de    passion exigeante   où   la   soumission   même   est   ardente   et   le   fatalisme révolté… Et    la    nature    partout,    vivante,    nombreuse,    amplifiée, familière,    chaque    herbe    avec    son    essence    et    son    humeur, chaque être avec son caractère, son symbole, son prénom… Pas un mot à limer. Chaque poème m’appelle à le relire. J’obéirai ».
Et   en   effet   ce   sont   des   œuvres   à   lire   et   surtout   à   relire.   Et   si possible   à   haute   voix,   en   forêt,   par   exemple,   car   on   y   revient comme    attiré    par    des    sens    plus    secrets,    des    émotions    plus clandestines   qui   nous   auraient   échappés   en   première   lecture car   violemment   soudés   à   la   vie,   à   l’exaltation   d’être   au   monde, à la nature. Ces   poèmes   sont   aussi   des   lieux   d’expérience   :   Simon   Brest aime      les      mots      ;      parfois      oubliés,      agonisant      dans      des dictionnaires    ;    ou    des    mots    qu’il    invente,    lui.    Il    aime    les images      imprévisibles,      les      idées-flèches      qui      percent      et délivrent.   S’il   fallait   le   rapprocher   de   quelqu’autre   (ce   qui   est inélégant   mais   tant   pis),   ce   serait   de   René   Char,   car   comme Char,   Simon   Brest   est   habité   par   les   chants   cruels   ou   exaltants de l’Histoire et toujours intimement liés à sa propre histoire. Tout   dans   cette   œuvre   tend   à   l’universel.   Tout   nous   ramène   à l’intime.   Un   intime   que   nous   pouvons   faire   nôtre   comme   un don   généreux   et   désintéressé   du   poète,   une   Histoire   barbare sans   doute,   mais,   on   le   pressent,   il   suffirait   de   si   peu   pour   la tenir en laisse. Le poète nous le fait comprendre avec force.
Voir la lettre d’André Malraux
2016 - 306 pages - 15 x 21 cm - 18,00 €
avant-quart
Éditions