Avant-Quart édition © Mentions légales 2016
avant-quart
Éditions
MIGUEL DE UNAMUNO
BIOGRAPHIE (Wikipédia) En   1888 ,   à   l’âge   de   24   ans,   Miguel   de   Unamuno   postule   au   poste   de   professeur   de   basque   (langue   qu'il parlait)   qui   est   octroyé   à   Bilbao   par   la   députation   forale   de   Biscaye .   Mais,   se   trouvant   en   concurrence avec   Sabino   Arana    (23   ans),   fondateur   du   parti   nationaliste   basque    démocratique,   et   Resurreccion Maria   Azkue    (24   ans),   qui   deviendra   président   de   l’ académie   de   la   langue   basque    en   1919 ,   Unamuno n’obtient   pas   le   poste.   Il   part   ensuite   pour   Salamanque    et,   entre   1891    et   1901 ,   il   devient   professeur   de grec  à l’ université de Salamanque . En   1897 ,   il   traverse   une   crise   religieuse   provoquée   par   une   maladie   cardiaque   dont   son   Journal   intime porte   le   témoignage.   La   perte   de   Cuba    lui   apparaît   comme   le   symbole   du   déclin   de   l’ Espagne    et   devient le   point   de   départ   de   la   Génération   de   98 ,   mouvement   d’écrivains   qui   se   donnaient   pour   mission   la régénérescence    culturelle    de    leur    peuple    et    qui    réunit    à    côté    d’Unamuno,    Valle-Inclán ,    Antonio Machado    ou   encore   Juan   Ramón   Jiménez .   Ils   participent   à   beaucoup   de   journaux   et   de   publications collectives   littéraires   ou   culturelles,   comme   La   Esfera ,   Nuevo   Mundo ,   Mundo   Gráfico ,   La   Ilustración Española   y   Americana ,   Alma   Española ,   España ,   Faro ,   La   España   Moderna ,   où   Miguel   de   Unamuno écrit   sur   le   Pays   basque,   évoque   les   prémices   d'une   guerre   civile   à   venir,   celles   de   l'européanisation   de l'Espagne et dans lesquelles il traite abondamment les différents thèmes culturels de son pays. Il   occupe   les   fonctions   de   recteur   de   l’ université   de   Salamanque    à   partir   de   1900 ,   mais   se   voit   destitué de   sa   charge   en   1914   en   raison   de   son   hostilité   envers   la   monarchie.   Ses   articles   virulents   lui   valent d’être   contraint   de   s’exiler   aux   îles   Canaries    en   1924.   La   chute   de   Primo   de   Rivera    provoque   son   retour six    ans    plus    tard,    en    1930.    Il    retrouve    alors    son    poste    de    recteur    lors    de    la    proclamation    de    la République.   Élu   député,   il   livre   un   dernier   combat   contre   tout   pouvoir   dictatorial   lors   d’une   grande cérémonie   franquiste   (le   jour   de   la   fête   de   la   Race   espagnole)   où   il   prononce   un   discours   resté   célèbre.   Il   répond   au   professeur   Francisco Maldonado   qui   attaque   les   nationalismes   basque   et   catalan   et   s’en   prend   à   l’évêque   de   Salamanque   et   au   général   Millán-Astray    (fondateur de   la   légion   étrangère   espagnole ).   Ses   détracteurs   crient   "A   bas   l'intelligence".   Il   manque   d’être   lynché.   Il   ne   devra   son   salut   qu’à   l’épouse de Franco, Doña Carmen Polo , qui le prit par le bras et le raccompagna jusque chez lui. Il sera destitué de son poste de recteur. Assigné   à   résidence    alors   qu’au   départ   il   avait   accueilli   favorablement   le   soulèvement   de   Franco    contre   la   république   espagnole ,   il   meurt   à l'âge de 71 ans. Son épouse Concha est morte en 1934.
Accueil, Catalogue, Miguel de Unamuno
 Avant-Quart édition © Mentions légales 2016
MIGUEL DE UNAMUNO
BIOGRAPHIE (Wikipédia) En   1888 ,   à   l’âge   de   24   ans,   Miguel   de   Unamuno   postule   au   poste   de   professeur   de   basque   (langue   qu'il parlait)   qui   est   octroyé   à   Bilbao   par   la   députation   forale   de   Biscaye .   Mais,   se   trouvant   en   concurrence avec   Sabino   Arana    (23   ans),   fondateur   du   parti   nationaliste   basque    démocratique,   et   Resurreccion Maria   Azkue    (24   ans),   qui   deviendra   président   de   l’ académie   de   la   langue   basque    en   1919 ,   Unamuno n’obtient   pas   le   poste.   Il   part   ensuite   pour   Salamanque    et,   entre   1891    et   1901 ,   il   devient   professeur   de grec  à l’ université de Salamanque . En   1897 ,   il   traverse   une   crise   religieuse   provoquée   par   une   maladie   cardiaque   dont   son   Journal   intime porte   le   témoignage.   La   perte   de   Cuba    lui   apparaît   comme   le   symbole   du   déclin   de   l’ Espagne    et   devient le   point   de   départ   de   la   Génération   de   98 ,   mouvement   d’écrivains   qui   se   donnaient   pour   mission   la régénérescence    culturelle    de    leur    peuple    et    qui    réunit    à    côté    d’Unamuno,    Valle-Inclán ,    Antonio Machado    ou   encore   Juan   Ramón   Jiménez .   Ils   participent   à   beaucoup   de   journaux   et   de   publications collectives   littéraires   ou   culturelles,   comme   La   Esfera ,   Nuevo   Mundo ,   Mundo   Gráfico ,   La   Ilustración Española   y   Americana ,   Alma   Española ,   España ,   Faro ,   La   España   Moderna ,   où   Miguel   de   Unamuno écrit   sur   le   Pays   basque,   évoque   les   prémices   d'une   guerre   civile   à   venir,   celles   de   l'européanisation   de l'Espagne et dans lesquelles il traite abondamment les différents thèmes culturels de son pays. Il   occupe   les   fonctions   de   recteur   de   l’ université   de   Salamanque    à   partir   de   1900 ,   mais   se   voit   destitué de   sa   charge   en   1914   en   raison   de   son   hostilité   envers   la   monarchie.   Ses   articles   virulents   lui   valent d’être   contraint   de   s’exiler   aux   îles   Canaries    en   1924.   La   chute   de   Primo   de   Rivera    provoque   son   retour six    ans    plus    tard,    en    1930.    Il    retrouve    alors    son    poste    de    recteur    lors    de    la    proclamation    de    la République.   Élu   député,   il   livre   un   dernier   combat   contre   tout   pouvoir   dictatorial   lors   d’une   grande cérémonie   franquiste   (le   jour   de   la   fête   de   la   Race   espagnole)   où   il   prononce   un   discours   resté   célèbre.   Il   répond   au professeur   Francisco   Maldonado   qui   attaque   les   nationalismes   basque   et   catalan   et   s’en   prend   à   l’évêque   de   Salamanque   et   au   général Millán-Astray    (fondateur   de   la   légion   étrangère   espagnole ).   Ses   détracteurs   crient   "A   bas   l'intelligence".   Il   manque   d’être   lynché.   Il   ne devra   son   salut   qu’à   l’épouse   de   Franco,   Doña   Carmen   Polo ,   qui   le   prit   par   le   bras   et   le   raccompagna   jusque   chez   lui.   Il   sera   destitué   de   son poste de recteur. Assigné   à   résidence    alors   qu’au   départ   il   avait   accueilli   favorablement   le   soulèvement   de   Franco    contre   la   république   espagnole ,   il   meurt   à l'âge de 71 ans. Son épouse Concha est morte en 1934.
Accueil, Catalogue, Miguel de Unamuno
avant-quart
Éditions