Avant-Quart édition © Mentions légales 2016
avant-quart
Éditions
PAUL PUGNAUD
BIOGRAPHIE (Etablie par Sylvie Pugnaud, fille du poète) Paul   Pugnaud   est   né   le   2   juillet   1912   à   Banyuls-sur-Mer   dans   une   grande   maison,   au-dessus   d’une   cave viticole,    qui    donnait    d’un    côté    sur    la    mer    et    de    l’autre    côté    sur    les    vignes    et    les    garrigues méditerranéennes. La   mer   irriguera   sa   vie   et   son   œuvre,   il   fera   très   jeune   de   la   voile   influencé   pour   toujours   par   ces voiles des barques catalanes qui partaient pêcher tous les matins de la plage de Banyuls. Paul   Pugnaud   a   été   orphelin   de   père,   élevé   par   sa   mère   et   ses   grands-parents   maternels.   Un   grand- oncle,    ami    d’enfance    d’Aristide    Maillol,    le    sculpteur    de    banyuls,    jouera    un    grand    rôle    dans    son ouverture sur l’art. Après   une   petite   enfance   à   Banyuls,   Paul   Pugnaud   et   sa   famille   s’installent   à   Perpignan   où   il   poursuit ses   études   et   se   met   très   tôt   à   écrire   et   à   être   publié   dans   des   revues.   En   particulier   dans   «   le   coq catalan   »,   journal   d’Albert   Bausil   qui   a   permis   de   lancer   tout   un   groupe   de   jeunes   :   Charles   Trenet, Henry Espinouze, peintre, Robert Rius, poète et photographe… Après   son   baccalauréat   Paul   Pugnaud   passe   les   années   30   à   Paris   où   il   fait   une   licence   de   lettres   en Sorbonne   et   se   rapproche,   avec   ses   amis   perpignanais,   des   Surréalistes.   Il   participe   à   l’aventure   d’une revue   poétique   «   la   bouteille   à   la   mer   »   fondée   par   Hughes   Fouras.   C’est   par   l’intermédiaire   de   cette revue    qu’il    publiera    son    premier    recueil    de    poèmes    «Équinoxes    »    en    1939.    Le    titre    et    le    poème correspondant   font   référence   à   la   rencontre,   à   l’équinoxe   de   printemps   1934,   de   Bernadette   Verdier qui deviendra sa femme et sa compagne toute sa vie. Ce recueil connaitra une reconnaissance intéressante mais la guerre ne permettra pas la diffusion qu’il aurait pu espérer. Parallèlement   à   sa   vie   à   Paris,   Paul   Pugnaud   passe   ses   étés   à   Banyuls   et   apprend   à   naviguer.   En   1934   il   fait   l’acquisition   d’un   bateau   à   voile avec   lequel   il   parcourt   la   Méditerranée   :   Cote   d’Azur,   golfe   du   Lion,   Corse,   Sardaigne,   Tunisie.   C’est   ainsi   que   la   déclaration   de   guerre   le surprend   à   Tunis   alors   qu’avec   Bernadette   ils   viennent   de   remonter   toutes   les   côtes   tunisiennes   depuis   la   frontière   libyenne   en   guise   de voyage de noces. Paul Pugnaud est mobilisé dans la marine à Bizerte, il y passera la totalité du conflit jusqu’à l’armistice. Après   l’armistice,   il   achète   le   domaine   viticole   de   Belle-Isle   à   Lézignan-Corbières   et   s’y   installe.   Il   ne   reviendra   plus   à   Paris   que   pour   de courts séjours. La   guerre   a   coupé   les   relations   poétiques   de   Paul   Pugnaud   et,   s’il   continue   à   écrire   et   à   participer   à   des   revues   poétiques,   il   a   du   mal   à   se faire éditer. Dans l’Aude il fréquente les poètes locaux, Jean Lebrau, Michel Maurette, René Nelli et va plusieurs fois chez Joë Bousquet avant sa mort. André   Vinas,   un   ami   de   Perpignan   édite   en   1955   une   petite   plaquette   de   poèmes   «   Zone   franche   »,   ce   qui   lui   permet   de   renouer   avec   les milieux   poétiques   en   particulier   avec   les   poètes   qui   se   réunissent   tous   les   ans   à   Rodez   autour   des   prix   Voronca   et   Antonin   Artaud.   C’est ainsi   qu’il   dépose   un   manuscrit   pour   concourir   au   prix   Voronca   qui   permettait   l’édition   du   recueil.   Lauréat   de   ce   prix   en   1961,   les   éditions Subervie publient « Azur de pierre » en 1962. Le bon accueil que reçoit ce recueil l’incite à publier 5 ans plus tard « la nuit ouverte ». Ces   deux   recueils   ont   un   très   bon   accueil   et   Paul   Pugnaud   envoie   alors   un   manuscrit   à   René   Rougerie,   grand   éditeur   de   poésie   de   Limoges, celui-ci accepte immédiatement « Minéral » qui obtient le prix Artaud en 1970. A   partir   de   cette   date,   René   Rougerie   publiera   un   recueil   tous   les   2   ans.   Au   total      12   recueils   publiés   du   vivant   de   Paul   Pugnaud,   3   après   son décès.      En   1977   Rougerie   publie   un   recueil   de   poèmes   en   prose   «   Atterrages   »   qui   obtient   le   prix   «   Louis   Guillaume   ».   Les   éditions   «   Folle avoine » ont publié en 2015 un recueil de poèmes en prose inédits « Sur les routes du vent ». Paul Pugnaud collabore à un grand nombre de revues. Il aura aussi le prix Brocéliande en pour l’ensemble de son œuvre. Parallèlement   Paul   Pugnaud   continue   à   naviguer   sur   de   petits   voiliers   tous   les   étés   à   partir   de   Banyuls   et   en   1965   il   traverse   l’Océan Atlantique   sur   le   voilier   de   13   m   d’un   ami   Jean   Bluche.   Les   poèmes   écrits   lors   de   cette   traversée   seront   publiés   sous   le   titre   «   Long   cours   » en 1965 chez Rougerie. Paul Pugnaud est mort à Lézignan-Corbières en juin 1995.
Accueil, Catalogue, Paul Pugnaud
PAUL PUGNAUD
BIOGRAPHIE   (Etablie   par   Sylvie   Pugnaud,   fille du poète) Paul   Pugnaud   est   né   le   2   juillet   1912   à   Banyuls- sur-Mer    dans    une    grande    maison,    au-dessus d’une   cave   viticole,   qui   donnait   d’un   côté   sur   la mer    et    de    l’autre    côté    sur    les    vignes    et    les garrigues méditerranéennes. La   mer   irriguera   sa   vie   et   son   œuvre,   il   fera   très jeune   de   la   voile   influencé   pour   toujours   par ces   voiles   des   barques   catalanes   qui   partaient   pêcher   tous   les matins de la plage de Banyuls. Paul   Pugnaud   a   été   orphelin   de   père,   élevé   par   sa   mère   et   ses grands-parents     maternels.     Un     grand-oncle,     ami     d’enfance d’Aristide   Maillol,   le   sculpteur   de   banyuls,   jouera   un   grand   rôle dans son ouverture sur l’art. Après   une   petite   enfance   à   Banyuls,   Paul   Pugnaud   et   sa   famille s’installent   à   Perpignan   où   il   poursuit   ses   études   et   se   met   très tôt   à   écrire   et   à   être   publié   dans   des   revues.   En   particulier   dans «   le   coq   catalan   »,   journal   d’Albert   Bausil   qui   a   permis   de   lancer tout   un   groupe   de   jeunes   :   Charles   Trenet,   Henry   Espinouze, peintre, Robert Rius, poète et photographe… Après    son    baccalauréat    Paul    Pugnaud    passe    les    années    30    à Paris    où    il    fait    une    licence    de    lettres    en    Sorbonne    et    se rapproche,    avec    ses    amis    perpignanais,    des    Surréalistes.    Il participe   à   l’aventure   d’une   revue   poétique   «   la   bouteille   à   la mer   »   fondée   par   Hughes   Fouras.   C’est   par   l’intermédiaire   de cette    revue    qu’il    publiera    son    premier    recueil    de    poèmes «Équinoxes   »   en   1939.   Le   titre   et   le   poème   correspondant   font référence   à   la   rencontre,   à   l’équinoxe   de   printemps   1934,   de Bernadette    Verdier    qui    deviendra    sa    femme    et    sa    compagne toute sa vie. Ce   recueil   connaitra   une   reconnaissance   intéressante   mais   la guerre ne permettra pas la diffusion qu’il aurait pu espérer. Parallèlement   à   sa   vie   à   Paris,   Paul   Pugnaud   passe   ses   étés   à Banyuls   et   apprend   à   naviguer.   En   1934   il   fait   l’acquisition   d’un bateau   à   voile   avec   lequel   il   parcourt   la   Méditerranée   :   Cote d’Azur,   golfe   du   Lion,   Corse,   Sardaigne,   Tunisie.   C’est   ainsi   que la    déclaration    de    guerre    le    surprend    à    Tunis    alors    qu’avec Bernadette      ils      viennent      de      remonter      toutes      les      côtes tunisiennes   depuis   la   frontière   libyenne   en   guise   de   voyage   de noces.   Paul   Pugnaud   est   mobilisé   dans   la   marine   à   Bizerte,   il   y passera la totalité du conflit jusqu’à l’armistice. Après   l’armistice,   il   achète   le   domaine   viticole   de   Belle-Isle   à Lézignan-Corbières   et   s’y   installe.   Il   ne   reviendra   plus   à   Paris que pour de courts séjours. La   guerre   a   coupé   les   relations   poétiques   de   Paul   Pugnaud   et, s’il   continue   à   écrire   et   à   participer   à   des   revues   poétiques,   il   a du mal à se faire éditer. Dans   l’Aude   il   fréquente   les   poètes   locaux,   Jean   Lebrau,   Michel Maurette,    René    Nelli    et    va    plusieurs    fois    chez    Joë    Bousquet avant sa mort. André    Vinas,    un    ami    de    Perpignan    édite    en    1955    une    petite plaquette   de   poèmes   «   Zone   franche   »,   ce   qui   lui   permet   de renouer    avec    les    milieux    poétiques    en    particulier    avec    les poètes   qui   se   réunissent   tous   les   ans   à   Rodez   autour   des   prix Voronca     et     Antonin     Artaud.     C’est     ainsi     qu’il     dépose     un manuscrit    pour    concourir    au    prix    Voronca    qui    permettait l’édition    du    recueil.    Lauréat    de    ce    prix    en    1961,    les    éditions Subervie   publient   «   Azur   de   pierre   »   en   1962.   Le   bon   accueil   que reçoit    ce    recueil    l’incite    à    publier    5    ans    plus    tard    «    la    nuit ouverte ». Ces    deux    recueils    ont    un    très    bon    accueil    et    Paul    Pugnaud envoie   alors   un   manuscrit   à   René   Rougerie,   grand   éditeur   de poésie   de   Limoges,   celui-ci   accepte   immédiatement   «   Minéral   » qui obtient le prix Artaud en 1970. A   partir   de   cette   date,   René   Rougerie   publiera   un   recueil   tous les    2    ans.    Au    total        12    recueils    publiés    du    vivant    de    Paul Pugnaud,   3   après   son   décès.      En   1977   Rougerie   publie   un   recueil de   poèmes   en   prose   «   Atterrages   »   qui   obtient   le   prix   «   Louis Guillaume   ».   Les   éditions   «   Folle   avoine   »   ont   publié   en   2015   un recueil de poèmes en prose inédits « Sur les routes du vent ». Paul   Pugnaud   collabore   à   un   grand   nombre   de   revues.   Il   aura aussi le prix Brocéliande en pour l’ensemble de son œuvre. Parallèlement   Paul   Pugnaud   continue   à   naviguer   sur   de   petits voiliers   tous   les   étés   à   partir   de   Banyuls   et   en   1965   il   traverse l’Océan   Atlantique   sur   le   voilier   de   13   m   d’un   ami   Jean   Bluche. Les   poèmes   écrits   lors   de   cette   traversée   seront   publiés   sous   le titre « Long cours » en 1965 chez Rougerie. Paul Pugnaud est mort à Lézignan-Corbières en juin 1995.
avant-quart
Éditions